1 877 771-5494

Blog Archive

Voici 7 questions à vous poser avant de fixer vos prix. Mais avant, découvrez une histoire qui a marqué ma carrière :

L’histoire d’un fabriquant de supports à vélo dont l’entrepôt était plein de produits invendus !

comment fixer ses prix

Les prix parlent aux consommateurs, que communiquent-ils ?

Suite à une référence d’un Centre local de développement (CLD), je me présente dans une petite usine qui fabrique des supports à vélo pour automobile.

Le propriétaire m’explique que son entrepôt est plein de produits invendus et qu’il a de la difficulté à écouler sa production. Ça ne va pas bien et il est en train de s’étouffer.

Mon client voulait absolument être le moins cher sur le marché…

Nous étions en pleine saison d’achats et ses produits ne se vendaient pas. Étant un grand amateur de vélo, je trouvais que son produit était très bien conçu. Mon client voulait à tout prix être le moins cher sur le marché. Il ne comprenait pas pourquoi son entrepôt était encore plein.

Vous auriez fait quoi dans sa situation, avec un entrepôt plein d’inventaires invendus ?

J’ai eu l’idée d’aller visiter quelques détaillants qui affichaient le produit de mon client, ainsi que d’autres produits concurrents dans la même catégorie.

Sur place, j’ai pu observer certains consommateurs en plein processus d’achat.

Voici la discussion des consommateurs :

« – Regarde chéri, celui-ci est à 120 $. Il y en a un autre à 75 $. Le plus « cheap » est à 50 $ (celui de mon client). Moi, j’en veux un solide ! Je ne veux pas que nos beaux vélos se retrouvent en plein milieu du chemin en roulant.  Par contre, pas besoin de payer inutilement pour le look « chromé » de la Cadillac à 120 $. »

Finalement, les consommateurs sortaient avec la boîte de celui à 75 $, (pourtant un produit équivalent en qualité à celui de mon client). 

Interrogation supplémentaire des clients : le support à vélo va-t-il faire vibrer l’arrière de l’auto ?

J’ai aussi entendu des consommateurs se demander si le produit était stable une fois installé (pas de vibration à l’arrière de l’auto) ?

Les consommateurs modifiaient eux-mêmes le produit…

Me promenant dans les stationnements de pistes cyclables, j’ai remarqué que plusieurs acheteurs modifiaient leur produit, en ajoutant eux-mêmes une courroie et l’attachaient à la valise de l’auto, pour lui donner un effet stabilisateur.

Revenant à l’usine, j’exprime le résultat de mes recherches au propriétaire ; que son produit est perçu pour être de moindre de qualité, parce qu’il est beaucoup moins cher que les autres.

Je lui fais remarquer que certains ajoutaient une courroie à la valise de l’auto pour stabiliser les vibrations. Le propriétaire me dit que les produits étaient en masse solide. À ma suggestion, nous décidâmes alors de reprendre tous ses produits et d’y ajouter cette fameuse courroie stabilisatrice, une modification qui coutait 1,50$.

Nous avons repositionné son produit à 80 $ l’unité (au lieu de 50 $).

Voici le commentaire d’une cliente en magasin :

« Regarde chéri, il y a le produit à 75 $. Ah ! Il y aussi celui-ci comparable au prix de 80 $, qui me semble beaucoup plus stable avec cette courroie à la valise. »

LE MIRACLE !!!

Tout d’un coup LE miracle se produisit : Tous les produits invendus sont finalement sortis de l’entrepôt… invendables à 50$ , les supports à vélo sortaient comme des pains chauds à 30 $ de plus et il les a tous vendus !  

7 questions à vous poser sur la perception de vos prix :

  1. Quel est le niveau d’expérience de vos acheteurs avec votre type de produit ou service ? Connaissent-ils bien les prix du marché ?
  2. Comment vos prix sont-ils perçus par les acheteurs ?
  3. Vos prix reflètent-ils la qualité de vos solutions ?
  4. Vos prix sont-ils crédibles et rassurants ?
  5. Vos prix renforcent-ils votre positionnement ?
  6. À quels prix sont les autres solutions comparables ?
  7. Vos clients peuvent-ils distinguer votre valeur ajoutée à travers vos prix ?

La fixation des prix est toute une science et communique directement votre positionnement sur le marché. Le prix est une façon pour l’acheteur d’évaluer la qualité d’un produit.

Le fameux rapport qualité/prix

On parle alors du fameux rapport qualité/prix ! Aussi, comme nous venons de le voir, le prix le moins cher n’est pas obligatoirement le meilleur vendeur !

Pensez-vous qu’une bonne campagne de publicité aurait pu résoudre la problématique ? Quand vous savez où est le problème, les solutions deviennent évidentes !

Voilà ce qu’est le vrai MARKETING en action !

LE LIVRE À SUCCÈS
« SKYROCKET »

Découvrez la méthode qui a le potentiel de faire exploser votre chiffre d’affaire… et vos profits !

…sans trucs coûteux, sans technologie sophistiquée, ni formules compliquées…mais profitable rapidement !

Skyrocket le guide

Découvrez la façon
de faire décoller vos ventes et vos profits rapidement !

Cliquez ici

«Secrets d’entrepreneurs » – la communauté Facebook

Je vous invite à joindre la communauté d’entrepreneurs animée par Sylvain sur Facebook. Suivez ce lien :  « Secret d’entrepreneurs » afin de me partager vos différentes aventures. Aussi, c’est toujours un privilège pour moi de pouvoir vous connaître et vous suivre à mon tour.

Avec toute ma gratitude,

Sylvain Chassé

Qui est Sylvain ?

Vendre sur les réseaux sociaux , référencement

Conseiller en développement des affaires et expert en marketing

« Sylvain, c’est le sage du marketing !»Guillaume Bareil.

Expertise en marketing ; audit 360 ; stratégies de croissance ; planification stratégique ; étude de marché ; analyse des ventes ; comportement  des consommateurs ; marketing RH ; marketing web et réseaux sociaux !

Sage et marketeur moderne !

TOP #1 en Social Scoring sur LinkedIn, Sylvain Chassé a une double formation en économie et en marketing de l’Université McGill. (avec mention d’honneur).

Sa spécialité est d’amener votre entreprise là où elle doit être par le chemin le plus court. Il devient votre gars du marketing !

Banque d’investissements

Premièrement, il a débuté sa carrière pour une prestigieuse banque d’investissements, à évaluer des bilans financiers , calculer des ratios et faire des recommandations à des investisseurs, tels des dragons.

Après un retour à l’université, il lance en 1995, sa compagnie le Groupe SCM Service-Conseil en Marketing inc. Il met à contribution ses différentes expériences et visions, au profit de la croissance de ses clients. Il sait lire les chiffres et y voir le vrai portrait.

Enseignant au niveau collégial

Depuis 14 ans, il enseigne l’analyse et la planification marketing à de jeunes entrepreneurs au niveau collégial.

Auteur

Auteur du LIVRE à succès L’EFFET SKYROCKET, il est un grand marcheur sur les chemins de Compostelle, accueillant l’être humain et ses rêves avec empathie.

  • Spécialiste agréé en optimisation de processus clients.
  • Gestionnaire agréé de médias sociaux et communautés ; « Social & Community Manager »
Spécialiste agréé en Optimisation du processus client et le référencement

COMMENT GÉRER LES DEMANDES DE COMMANDITES (SPONSORING)

Le sponsoring (commandites ou parrainage) est un des outils se rattachant à une stratégie médiatique et des communications plus globales. L’objectif de ces stratégies consiste à placer votre image de marque devant les yeux de votre clientèle cible le plus souvent possible.

Le sponsoring est une stratégie de présence

Un volet de plus en plus important d’une bonne stratégie de communication consiste à renforcer le caractère humain de votre organisation. S’impliquer dans la communauté peut multiplier vos occasions de contacts avec vos concitoyens et les sensibiliser à votre présence. Aussi, vous pouvez de la même façon démontrer votre engagement envers votre personnel en supportant leurs initiatives personnelles. Par cette présentation, en démontrant que vous êtes un employeur avec de bonnes valeurs, il peut devenir plus facile de recruter du personnel éventuellement. L’idée est d’être toujours plus présent sur le terrain !

Supporter moins de causes, mais soyez plus engagé dans celles où vous vous impliquez

Personnellement, j’aime mieux sponsoriser moins de causes, mais d’être plus engagé envers celles que je soutiens.

Votre parrainage s’adresse-t-il à votre auditoire ciblé ?

Aussi, imaginez un gymnase rempli de clients idéaux. Aimeriez-vous être là, présent avec eux ? Certainement !

Il existe une multitude de moyens pour attirer l’attention de vos meilleurs clients.  Le parrainage est un moyen pouvant rejoindre votre auditoire ( vos clients idéaux ) en grand nombre. Évaluons ici, si ce moyen est économique pour vous.

Dressez votre plan annuel pour vos parrainages

  1. Prenez un moment dans l’année pour déterminer votre budget annuel à investir en communication et plus précisément, en commandites ; celles-ci peuvent être en services également ;
  2. Prenez en notes toutes les demandes reçues durant l’année ; soyez le moins impulsif possible lors de votre sélection ; restez tout de même ouvert aux occasions ;
  3. Évaluez l’impact de vos commandites ;
  4. Déterminer un montant pour appuyer vos commandites, avec un plan de visibilité supplémentaire.

Tant qu’à embarquer, maximisez votre visibilité

Ici, devenez nettement plus stratégique avec vos investissements en parrainage. Choisissez d’encourager une cause qui maximise votre visibilité là où il y a le plus de potentiel ; celle offrant un programme de visibilité auprès de votre auditoire ciblé. La manière d’évaluer et de comparer les différentes commandites (et aux autres moyens de communication), c’est par le coût par 1000 personnes atteintes. ( Voir la feuille d’évaluation plus bas )

7 Critères pour qualifier un investissement en commandite

Voici certains critères pour qualifier la qualité des commandites demandées, celles qui maximisent votre présence et votre visibilité :

  1. Grandeur de l’auditoire rejointe, compatible avec vos clients idéaux : l’importance de l’événement ( dans vos notes, placez l’ensemble des demandes reçues en ordre de priorité )
  2. Encouragez en priorité l’implication des membres de votre équipe ( ex. Présidence d’honneur ) et/ou représentation sur place ;
  3. Analysez le plan de visibilité offert par l’organisme ; tant qu’à investir, évaluez la possibilité d’être un partenaire majeur ;
  4. Évaluer la possibilité de mettre une bannière de votre entreprise lors de l’événement ;
  5. Évaluer les possibilités médiatiques : votre présence sur place pour une remise de chèque, avec photo ( pour rediffusion ensuite sur Facebook, etc. )
  6. Annoncer votre implication dans le milieu ; soyez un agent de diffusion de la cause qui peut porter votre nom ;
  7. Faites la promotion de l’évènement et de votre investissement.

Aussi, l’investissement en commandites doit respecter les mêmes conditions que l’achat de publicité : 9 questions à se poser avant d’acheter de la publicité

Participez à des causes et soyez bien visible !

Quelles sont les causes pouvant être encouragées et regroupant un ensemble de vos clients idéaux ?épuisement professionnel

1)

2)

3)

4)

5)

LES DONS ( sans aucune attente, autre que le montant donné )

Comme son nom l’indique, il n’y a rien à attendre d’un don. Parfois sur l’avis d’un bon client, contribuer à une cause ne vous laisse guère le choix. N’ayant aucune attente de visibilité, planifiez un petit budget pour ces incontournables.

FICHE TECHNIQUE : ÉVALUATION D’UN INVESTISSEMENT EN PARRAINAGE (COMMANDITES OU SPONSORISÉ)

Sélectionnez mieux vos activités et l’effort demandé en utilisant la fiche technique suivante.

************

Date de l’activité : _____________

Nom de l’organisme parrainé : ________________________________________________

Description de l’activité : _________________________________________________________

Particularités de l’activité ( genre de clientèle ) : _______________________________________

______________________________________________________________________________

Implication des membres de mon entreprise à l’activité : Qui ?

  • Présidence d’honneur :
  • Comité organisateur :
  • Participation des membres de votre équipe à l’activité
  • Autre :

Visibilité pour mon entreprise :

  • Prise de photos durant l’activité
  • Prise de photos lors de la remise du chèque ou du cadeau
  • Présence du logo sur :
  • Autre :

Couverture médiatique : ( Nombre de présences dans les médias )

  • Hebdos/journaux :
  • Télévision communautaire :
  • Radios :
  • Médias sociaux :
  • Sites internet :
  • Autre :
  1. Estimé du nombre de personnes présentes à l’activité : _______
  2. Estimé du nombre de personnes qui ont vu mon entreprise grâce à la couverture médiatique : _______
  3. Coût de l’activité pour mon entreprise :

COÛT TOTAL ________________________________________           $

Coût de l’impact publicitaire : ( A+B )/Total de C

Écrivez vos recommandations pour une prochaine participation :

*********

Voilà qui résume une méthode pour élaborer votre plan de sponsorship (parrainage et commandites). Soyez stratégique !

Mon équipe et moi pouvons vous aider à bâtir ce genre de plan et le rattacher à un plan de communication plus global. C’est votre image corporative qui en sortira gagnante !

Aussi, n’hésitez pas à nous partager vos meilleures pratiques en matière de gestion des investissements en sponsorship.

Bon succès,

Une invitation spéciale à vous joindre à ma communauté FACEBOOK :

« Secrets d’entrepreneurs »

Je vous invite à vous joindre la communauté Facebook des super entrepreneurs : Faites-vous connaitre en participants aux échanges, partagez vos pratiques gagnantes et pour obtenir un maximum d’entraide.

Suivez simplement ce lien :

Secrets d’entrepreneurs

Qui est Sylvain ?

Sylvain 3

« Sylvain, c’est le sage du marketing !»Guillaume Bareil.

Sage et marketeur moderne !

TOP #1 en Social Scoring sur LinkedIn, Sylvain Chassé est diplômé en économie et en marketing de l’Université McGill. (avec mention d’honneur). Sa spécialité est d’amener votre entreprise là où elle doit être. Il a travaillé 8 ans dans les domaines financiers avant de lancer sa compagnie le Groupe SCM Service-Conseil en Marketing inc. Président de Sondacom , il met à contribution ses différentes expériences au profit de la croissance de ses clients.  À ce titre, il a réalisé de nombreux mandats en sondages, études de marché, planifications stratégiques, segmentation, croissancePME, coaching d’affaires, conférences pour diverses entreprises et organismes. Il enseigne aussi le marketing au niveau collégial.

Auteur du Programme à succès SKYROCKET ton chiffre d’affaires et tes profits,  il est un grand marcheur sur les chemins de Compostelle, accueillant l’être humain et ses rêves avec empathie.

  • Spécialiste agréé en optimisation de processus clients.
  • Gestionnaire agréé de médias sociaux et communautés ; « Social & Community Manager »

Spécialiste agréé en Optimisation du processus clientSocial & Community Manager

Selon leur degré de connaissance

Vos clients sont-ils plus des néophytes ou des avisés ? Allons le découvrir !

Au cœur de toutes vos actions !

« L’écoute » est un terme qui revient souvent dans mes écrits. Le bon « vendeur » possède cette capacité de prêter attention, de saisir parfaitement ce que veut le client, d’adapter son langage et de lui offrir les solutions exactes dont il a besoin.

– « D’accord, exerçons notre écoute ! »

Pour attirer plus d’acheteurs idéaux, je propose différents thèmes et questions dans mon NOUVEAU LIVRE « SKYROCKET TES RÉSULTATS». Les réponses permettent de mieux identifier avec qui vous faites des affaires, de comprendre leurs situations, d’apporter les informations nécessaires, de bâtir des messages publicitaires percutants et des accroches qui ne manqueront pas de capter l’attention.  

En voici un extrait :

Les 4 types de clients, selon leur degré de connaissance avec votre sujet

Un avantage à « l’écoute » consiste à établir rapidement le degré d’expertise de votre auditoire face à vos solutions, afin d’adapter votre communication à celle-ci.

Une personne qui achète pour la toute première fois risque fort d’avoir un comportement complètement différent à celle qui utilise régulièrement vos services.

Alors, à qui vous adressez-vous ? À vous d’adapter votre discours !

1.   Les néophytes

Vendre sur les réseaux sociaux
connaissance
Les gens aiment acheter

Pour ces gens, dès que vous entrez dans le vif du sujet, vous parlez « chinois » !

Le prix d’abord

Le « prix » constitue généralement leur seul repère. SI la personne vous aborde dès le départ en vous demandant le prix, c’est qu’il n’est pas capable d’évaluer autre chose. Vous êtes alors en face d’un néophyte. Souvenez-vous de ça !

Une clientèle insécure

Le débutant confond facilement les pommes avec les oranges. C’est une clientèle « frileuse », étant donné son ignorance.

L’importance des références pour prendre une décision

Le novice se renseignera davantage auprès d’initiés, avant de prendre une décision. Il portera attention aux références venant de gens de son entourage et qui semblent s’y connaître plus que lui. Je ne sais pourquoi, mais cette personne, c’est souvent son brillant beau-frère !

Ne perdez pas votre salive en explications

Au niveau des communications, ne les inondez pas d’informations techniques. Posez-leur plutôt des questions pertinentes pour bien préciser la problématique. Ça, ils peuvent en parler. Par empathie, témoignez-leur que vous avez déjà vu (ou mieux, vécu) ce genre de difficulté. N’entrez pas trop dans le « comment », vous allez les perdre. Votre tâche ici consiste surtout à les rassurer et les diriger vers la meilleure solution. À leurs yeux, c’est vous « l’expert ». Ce qu’ils recherchent, c’est le résultat. Ils sont moins intéressés par le « comment » ! Là-dessus, ils vous feront confiance.   

Soyez donc bon vulgarisateur et surtout, patient !

Ce segment représente généralement 50 % d’un marché.

2.   Les informés

vendre réseaux sociaux
connaissance

Les plus intéressés par ce que vous faites

Les informés ont généralement un intérêt grandissant pour votre sujet de prédilection. Ils cherchent à comprendre, désirent apprendre, assistent à des conférences et veulent mettre en application les enseignements reçus.

Comme ils font des études, ils saisissent davantage le langage des initiés. Ils demanderont également plus d’explications : le « comment » les stimule !  

Les plus avides d’informations

Par leurs expériences, ils peuvent vous citer des leaders du domaine, puisqu’ils ont commencé à les suivre. C’est la clientèle la plus avide « d’intrants ».

Ajoutez-y une plus grande valeur, au lieu de réduire vos prix

Au niveau de la vente, cette clientèle est en mesure de mieux percevoir la valeur d’une offre, au lieu d’en évaluer juste le prix. Elle peut s’essayer à poser des questions plus techniques. À cette clientèle, donnez-leur en plus, au lieu de réduire vos prix !

De bons ambassadeurs

Les informés partagent volontiers leurs découvertes avec les néophytes. Ils en sont généralement les premiers influenceurs et peuvent devenir de bons ambassadeurs pour votre marque. Assurez-vous que vos employés en sachent plus qu’eux. Sans quoi, ils chercheront à vous discréditer.

Attention à ne pas vous faire siphonner

Ces gens peuvent aussi avoir tendance à vous siphonner l’information utile et à vouloir se débrouiller seuls ensuite, chez Amazon. Donc, n’hésitez pas à justifier votre valeur : la connaissance a un prix !

Ce segment représente généralement 35 % d’un marché.

3.   Les avisés

Livres inspirants pour jeunes entrepreneurs
connaissance

Des avant-gardistes

Un client avisé maîtrise bien l’ensemble du sujet. Il a beaucoup d’expériences d’achat et risque même de connaître autant le marché, sinon plus que vos employés. Ce sont généralement des gens plus avant-gardistes, qui sont à l’affût des nouveautés. Alors, il est préférable d’être très au fait des spécifications de vos produits, si ces gens font partie de votre clientèle.

Devenez leur expert

Lorsqu’il vous pose des questions, l’acheteur de cette catégorie désire consulter un expert. Ces interrogations portent habituellement sur un aspect très pointu d’une situation. Cette clientèle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle recherche. Pas besoin de lui faire un dessin. Son vocabulaire est généralement technique et précis. Si vous constatez ce fait, vous êtes dès lors « avisé » que vous avez affaire à un « avisé ».

Allez droit au but

En vente, allez droit au but. Répondez à ses questions et démontrez ainsi votre expertise en la matière. De plus, vous devez être en mesure de distinguer votre solution aux autres offertes et de mettre en évidence vos avantages.

N’improvisez pas

Vous ne connaissez pas la clé à son interrogation ? Aussi, ne tentez pas d’improviser, à moins de vous sentir au même niveau de connaissance. Allez plutôt aux sources pour lui. C’est la meilleure façon de l’aider. Il vous en sera reconnaissant et de votre côté, vous aurez appris quelque chose de nouveau également.

Ce segment représente généralement 14 % d’un marché.

4.   Les experts

Faites-vous partie de « l’élite » sur un sujet particulier ?

Contenu web
connaissance

Sur des sentiers inconnus

Les experts sont souvent des marginaux. Aussi, ils n’ont pas peur de fréquenter les chemins les moins fréquentés. Ils expérimentent et partagent volontiers leur découverte. Ce sont des personnes généralement confiantes.

Des gens sollicités pour leur savoir

Ce sont des précurseurs sur la résolution de problème liée à vos produits. On les sollicite comme conférencier lors de congrès.

Aidez-les à se maintenir en haut de l’échelle

Une sommité va régulièrement réclamer l’aide de fournisseurs, ceux-ci pouvant les appuyer dans leurs recherches. Aussi, ils chercheront à déléguer certaines fonctions, afin d’être encore plus efficace. Vous aurez beaucoup à apprendre de ces gens. Ils peuvent devenir votre inspiration !

Ce segment représente généralement 1 % d’un marché.

*******

Alors, à quel genre de clientèle vos solutions s’adressent-elles ?

Votre rôle de « conseiller » prend ici tout son sens. À vous de vous adapter à l’une ou l’autre de ces nouvelles clientèles, en fonction de son niveau de connaissance !

CAS : « Qui se ressemble s’assemble ! »

Je me souviens avoir discuté avec un propriétaire d’une boutique de sport. Il m’exprimait que pour vendre des planches à neige, un jeune adepte de ce sport était nettement un meilleur conseiller par rapport à un commis plus vieux qui ne pratiquait pas cette activité. Son jeune employé était quant à lui un « expert », s’adressant à des gens de son âge et partageant la même passion. Ils se retrouvaient également sur les mêmes pistes, aux mêmes évènements, parlaient « genre » le même langage, etc. Voilà autant de sujets qu’ils pouvaient discuter ensemble.

Le profil client : 6 façons infaillibles pour bien définir sa cible.

Dans un article précédent, j’ai identifié 6 façons infaillibles pour bien définir les clients parfaits pour vous.

Vous pouvez prendre connaissance de l’article en suivant le lien : Le profil client

Suivez Sylvain sur Facebook

Joignez ma page Facebook PRO. Vous n’avez qu’à suivre ce lien :  Sylvain Chassé afin de me partager vos différentes aventures. C’est toujours un privilège pour moi de pouvoir vous connaître et vous suivre à mon tour.

Qui est Sylvain ?

Sylvain 3

« Sylvain, c’est le sage du marketing !»Guillaume Bareil.

Sage et marketeur moderne !

Sylvain Chassé est diplômé en économie et en marketing de l’Université McGill. (avec mention d’honneur). Sa spécialité est d’amener votre entreprise là où elle doit être.

Il a travaillé 8 ans pour une prestigieuse banque d’investissements, avant de travailler pour le Groupe SCM Service-Conseil en Marketing inc.

Analyste marketing depuis 25 ans , il met à contribution ses différentes expériences au profit de la croissance de ses clients.  À ce titre, il a réalisé de nombreux mandats en sondages, études de marché, planifications stratégiques, segmentation, croissance PME, coaching d’affaires, conférences pour diverses entreprises et organismes.

Il enseigne aussi le marketing au niveau collégial. Auteur du Programme à succès  L’EFFET SKYROCKET, il est aussi un grand marcheur sur les chemins de Compostelle, accueillant l’être humain et ses rêves avec empathie.

  • Spécialiste agréé en optimisation de processus clients.
  • Gestionnaire agréé de médias sociaux et communautés ; « Social & Community Manager »
Spécialiste agréé en Optimisation du processus client
Social & Community Manager

« J’ai fait de la publicité dans le journal, puis je n’ai eu aucun retour à la caisse. Personne ne m’a parlé de ma publicité. Je n’annoncerai plus dans ce média. »
Avez-vous parfois l’impression de perdre votre argent à faire de la publicité ? Vos investissements publicitaires ne rapportent-ils pas comme vous le voudriez et vous aimeriez savoir pourquoi ? S’il y a un domaine où vous pouvez dépenser facilement beaucoup d’argent sans retour, c’est bien dans ce département. Alors voici :

11 idées pour doubler l’efficacité de votre publicité

Les gens concluent souvent trop rapidement leur manque de rendement, en mettant la faute sur le média. Cependant, il existe 10 autres raisons potentielles pour expliquer pourquoi une publicité n’a pas fonctionné. J’ai composé cet article afin de démystifier certaines faiblesses dans les communications et ainsi, expliquer pourquoi parfois, vos publicités ne fonctionnent pas comme vous le souhaiteriez.

1)     Votre ligne directrice est-elle claire ?

La plupart du temps, lorsque j’évalue une campagne publicitaire, le problème principal se situe par l’absence d’une ligne directrice collée à la réalité des clients. Aussi, cette ligne s’intègre à une stratégie plus globale qu’on appelle une stratégie de « positionnement ». Ici, je ne parle pas de votre rang sur les requêtes d’un moteur de recherches, mais bien de la « perception » qu’ont les gens envers votre entreprise. Cependant, c’est un concept très mal compris par les entrepreneurs. Aussi, j’ai tellement d’exemples que je pourrais vous transmettre ; des supposées « bonnes publicités » qui ne communiquent malheureusement pas ce que les clients veulent entendre, parce qu’elles ne sont pas rattachées à leur problématique.
  • Répondez à un réel besoin ;
  • Le degré de connaissance des clients envers votre type de solution n’est pas très élevé et doit être mieux expliqué ;
  • Votre ligne directrice doit être claire !
  • Utilisez la meileure approche : Stratégie de masse ou personnalisée ?
Découvrez maintenant comment une bonne ligne directrice peut rendre vos actions tellement plus percutantes : 7 éléments pour bien orienter votre ligne directrice

2)     Votre publicité vise-t-elle sa cible ?

  • D’abord, votre clientèle cible doit être bien définie au départ : « cibler tout le monde, ne cible personne ! » Voici un outil pour bien la définir : Définir le profil de la clientèle à cibler
  • Aussi, votre publicité doit atteindre les clients qui ont le plus besoin de vous ; votre persona est-il bien défini ?
  • Vérifiez la taille de votre auditoire  : votre publicité doit pouvoir rejoindre un auditoire suffisamment large pour être rentable. Aussi, ne surestimez pas votre groupe d’acheteurs, non plus.

3)     Votre message parle-t-il à l’auditoire ?

Votre publicité annonce-t-elle une solution qui règle un problème ou offre-t-elle un avantage clair  aux clients ?
  • Les gens doivent pouvoir se reconnaitre dans ce que vous avez à leur annoncer. Découvrez comment ce commerçant de chaussures qui n’a pas été en mesure d’utiliser le bon message en fut affecté :  7 critères pour vérifier si votre message a du punch.
  • Votre message doit également être simple, sans complication. Un enfant de 6 ans pourrait-il être capable de comprendre votre publicité, de le reprendre et à la limite, de le chanter ?

Évitez d’avoir trop de messages dans votre publicité. Ce n’est pas une pizza « all-dressed »!

  • Aussi, ne mettez pas trop de messages dans votre communication : Un seul, peut-être deux.
  • Avec trop de messages, votre ligne directrice devient difficile à comprendre et votre publicité perd toute son efficacité.
  • D’ailleurs, j’ai vu plusieurs fois des publicités qui ressemblaient à des pizzas « all dressed » ! Dans ce temps-là, je me dis que l’annonceur ne savait pas pourquoi il faisait de la publicité, mais il voulait être certain de ne pas manquer son coup… et c’est malheureusement ce qui arriva !
  • Votre promesse tient-elle la route ? Elle doit être vraie et crédible. Plusieurs fois, j’ai vu des rabais que les consommateurs considéraient comme de fausses promotions. C’est une belle façon de se discréditer ;
  • L’annonce doit toucher les gens et être intéressante ;
En bref, testez votre message avant de le diffuser à grande échelle. Aussi, réalisez des tests A/B : concevez 2 publicités et observez laquelle apporte les meilleurs résultats.

4)     Votre réputation est-elle bonne ?

Je me souviens d’être allé manger dans un nouveau restaurant avec ma famille. Nous étions 10 personnes. Unanimement, les 10 personnes furent insatisfaites sur la totalité de l’expérience client. J’en ai avisé le propriétaire dans un but constructif. Mais au lieu de m’en remercier, il s’est mis à se justifier et faire la sourde oreille. Cependant, imaginez-vous le bouche-à-oreille dévastateur que ce restaurant a pu recevoir de ses clients ? Lorsque je voyais ensuite ses publicités, elles me rappelaient à quel point notre expérience avait été négative. Environ deux mois plus tard, le restaurant était déjà fermé.

Une bonne publicité ne peut pas remplacer une mauvaise réputation !

Morale de l’histoire : vérifier la satisfaction de vos clients régulièrement. Le bouche-à-oreille est encore la meilleure publicité ! Voici sur le lien ci-contre, 10 indicateurs essentiels pour mesurer la satisfaction des clients. J’y offre également un modèle de questionnaire gratuitement, ainsi qu’un texte d’approche.

5)     Votre publicité passe-t-elle le test AIDA?

« Une publicité ne peut créer un avantage compétitif. Elle ne peut que le transmettre. »
  • Votre publicité doit être bien conçue : 
    • Votre publicité doit être remarquable et mémorable ; de qualité ;
    • Par son style, votre publicité doit refléter les attentes de votre clientèle cible, comme par exemple : ne pas être trop haut de gamme, quand vous êtes un commerce de liquidation ;
    • Est-elle suffisamment grande pour être vue ?
    • Elle ne doit pas comporter trop de texte : les gens lisent de moins en moins ;
    • Idéalement, votre publicité aurait une image qui fait 80 % de sa taille et 20 % texte. On dit qu’une image vaut mille mots !
    • Des images avec des humains attirent davantage l’œil des clients.

Pour analyser votre conception, faites-lui passer le test «A.I.D.A.» :

    • Votre publicité est-elle « A » ttirante ?
    • Partage-t-elle un contenu « I » ntéressant ?
    • Suscite-t-elle un « D » ésir ?
    • Appelle-t-elle à l’« A » ction ?

6)     En publicité, c’est la répétition qui paye ! Remarketez !

Vous avez annoncé une fois et ça n’a pas marché ? C’est normal !
  • Alors, saviez-vous qu’on dit qu’une publicité doit être vue 20 fois avant d’être totalement remarquée et comprise ? Aussi, pensez-vous qu’une seule parution de votre publicité puisse être suffisante pour attirer l’attention sur elle ?

En publicité , on dit : répétez, répétez et répétez.

De plus, tapez toujours sur le même clou : « Moi j’aime McDonald ! »

publicité : tapez sur le même clouEn communication, l’astuce est d’avoir un message clair et surtout de le répéter, répéter et répéter, avant qu’il commence à avoir un impact significatif auprès de la clientèle. Vous devez être présent tout le temps !
  • Pour la plupart des entrepreneurs, le budget publicitaire n’est pas très élevé pour bien couvrir adéquatement le marché. Alors, utilisez votre créativité. Servez-vous d’une multitude de moyens « gratuits » ou presque, pour rejoindre votre clientèle cible sur une base régulière et pour ne pas être oublié. On dit qu’un client qui n’a pas entendu parler de vous au cours des deux derniers mois n’est plus votre client. Alors, soyez présent !
  • Ici, je dresse 11 façons pour développer sa clientèle, sans frais ou presque.
  • Les gens viennent visiter votre site web ? Reciblez rapidement ces gens !

7)     Votre publicité est-elle sur la bonne plateforme ? ( votre choix médiatique )

Voici 9 questions à se poser avant d’acheter de la publicité
  • Votre publicité n’a pas fonctionné ? Vous n’avez peut-être pas utilisé le bon média pour rejoindre votre clientèle.
  • La grande préoccupation des petits entrepreneurs actuellement est « Comment faire de la publicité sur Facebook ? » Serait-ce le nouvel Eldorado ? « Bien non, c’est maintenant Instagram… » Au contraire, vous devriez peut-être faire du « Google Adword »… Pensez-vous annoncer dans un journal papier ? « Hein quoi ? Je l’ai essayé, ça n’a pas marché…» : Oui, mais l’avez-vous bien utilisé ?

Voyez-vous, tout le monde a son opinion. Comment s’y retrouver ? Un média peut être excellent pour une entreprise et non adapté pour une autre.

Où se posent les yeux de votre client en se levant le matin ? C’est là que vous voulez annoncer !

Pensez-y deux secondes : où vos clients posent-ils leurs yeux en se levant le matin ( le premier média consulté ) ? Où posent-ils leurs yeux par la suite, tout au long de la journée ? Les lieux qu’ils fréquentent ? Par où passent-ils pour trouver un service comme le vôtre ? Idéalement, c’est là que vous souhaiterez placer vos publicités.

Chaque média offre des possibilités, mais possède aussi ses limitations.

D’ailleurs, voici une liste de toutes les possibilités médiatiques qui s’offrent à vous. Voyez à quel point le choix est immense : les stratégies médias : l’inventaire des outils.
  • J’ai écrit précédemment que les gens lisent de moins en moins. Vous l’avez remarqué comme moi : ils publicité cibléeconsultent davantage leur téléphone intelligent. Ils passent en moyenne 55 secondes sur un article d’intérêt. Donc, l’image et les titres ( H2 ) prennent une importance encore plus grande dans la communication ;

8)     Vos objectifs de communication sont-ils clairs et mesurables ?

Que voulez-vous atteindre comme objectif ?
« Hein ? C’est quoi ça des objectifs de communication ? »
Voici quelques exemples d’objectifs de communication :
  • Faire connaître vos solutions ; attirer l’attention ;
  • Faire reconnaître votre image de maque ;
  • Développer votre notoriété ; (Combien de gens vous connaissent ?)
  • Favoriser l’essai de votre nouvelle solution ;
  • Activer ou devancer les achats ;
  • Rappeler l’existence de la marque ; la distinguer ;
  • Valoriser et remercier vos clients actuels ;
  • Votre objectif ? _____________________________

Un style différent de publicité, selon l’objectif à atteindre

Selon l’objectif, le style de communication sera différent. Une publicité pour un nouveau service n’est pas conçue de la même façon qu’un autre qui est bien établi et déjà compris. Voici un exemple : Attention à ne pas faire une promotion de type rappel en présumant que le service ou produit est connu, alors qu’il ne l’est pas. Voici un exemple : vous faites une publicité avec 20 % de rabais sur le nouveau « Wawagogo ».

– Oui, mais c’est quoi un « Wawagogo » ?

Ça ne vous dit rien, n’est-ce pas ? Quelque part, vous devrez l’expliquer, sans quoi le client potentiel va poursuivre sa route sans avoir même remarqué votre publicité. Le cerveau est très sélectif !
  • Le niveau d’expérience du consommateur avec votre type de solution influence donc le type de campagne publicitaire : êtes-vous la marque favorite des consommateurs ? L’objectif est-il de vous faire connaitre ? Voulez-vous faire gouter/favoriser l’essai ? Désirez-vous provoquer la répétition d’un achat ou encore le bouche-à-oreille ? Chacune de ces publicités que je viens de nommer sera différente.

9)     Est-ce le bon timing pour votre publicité ? Se démarque-t-elle du lot ?

« Le bon message à la bonne clientèle au bon moment ! »
  • Un consommateur est bombardé par des milliers de stimuli publicitaires tous les jours. Le cerveau devient alors sélectif. Il remarquera principalement ce qui peut l’intéresser et ne remarquera même pas les autres publicités. Votre publicité doit être « just-in-time », être là lorsqu’il a besoin de la voir. Si j’ai mal au dos, le risque est grand que je remarque les publicités qui parlent de combattre le mal de dos. Le lendemain de la première tempête de neige est sûrement un excellent moment pour annoncer les services d’un chiropraticien ;
  • Beaucoup de publicités similaires peuvent être annoncées au même moment par vos compétiteurs. Démarquez-vous ou changez de période, si possible ;
  • Votre publicité a pu être remarquée, mais le consommateur n’est pas rendu là dans son processus d’achat. Voici un exemple : je remarque une belle publicité pour un chalet dans Charlevoix. Vraiment invitant. Je retiens donc l’information. L’an prochain, lors de mes prochaines vacances, je peux décider d’y aller. Est-ce qu’ici la publicité a été efficace ? Certainement ! Mais le résultat sera malheureusement tardif. Le propriétaire se dira probablement : « J’ai fait de la publicité et je n’ai pas eu de rendement immédiatement, donc pas bon ! » La publicité de rappel est souvent nécessaire dans ces cas, me suivez-vous ?
  • L’intention du client : S’il recherche votre type de solution, il risque de vous remarquer davantage. En anglais, on dit que ce consommateur est : « open-to-buy ». Plusieurs médias modernes permettent maintenant de cibler directement ces gens, selon leur comportement et qu’ils interagissent avec les publicités !

10) Vos attentes envers votre publicité sont-elles réalistes ?

publicité perte d'argent ? Comment évaluez-vous le succès de votre bonne campagne publicitaire ? Par l’atteinte d’objectifs réalistes. Cependant, faites l’exercice à la fin de l’année : combien vous a coûté l’acquisition de vos nouveaux clients ? Combien vous ont-ils rapportés ? Est-ce rentable ? Pouvez-vous faire mieux pour rejoindre les mêmes clients et pour moins cher ? Voilà le vrai enjeu d’une bonne gestion publicitaire ! Je constate que les gens ont souvent des attentes très élevées envers leur investissement publicitaire. La publicité fait probablement un très bon boulot d’éveiller l’auditoire à votre existence. Cependant, ce n’est que la première phase du processus. Il faut le suivre dans l’évolution de sa prise de conscience. Dans les médias conventionnels, on parle du coût par mille lecteurs. Dans le marketing numérique, il est plus facile de mesurer le rendement direct et de faire suivre au client un entonnoir de conversion : tant que votre coût d’acquisition reste en dessous du revenu apporté par un nouveau client. Continuez, c’est idéal !

11 ) Votre message est-il harmonisé avec le média utilisé ?

« Tout le monde parle de Facebook. Est-ce pour vous ? » Par exemple, les médias sociaux sont d’excellentes plateformes pour communiquer avec votre clientèle dans un cadre « social ». Les gens y vont pour se divertir, pas pour voir une tonne de publicités agressives. Alors, rendez vos « posts » plus sociables.

Utilisez la convergence : Intégrez les outils pour un maximum d’efficacité.

Publicité ? Où investir ? C’est l’utilisation d’un mixte de plateformes qui fait généralement la force d’une bonne campagne publicitaire. Assurez-vous qu’une plateforme comme le journal en aide une autre (ex: votre Facebook). Faites-les travailler en harmonie. Convergez !
Un bel exemple de succès est le Journal Mobiles qui utilise toutes ses plateformes pour mettre en évidence ses annonceurs. Les résultats qu’ils obtiennent sont probants !
Rares sont ceux ou celles capables de maitriser les différents contextes d’affaires, de comprendre le comportement des acheteurs dans celui-ci et leurs perceptions, d’intégrer les outils pour communiquer adéquatement avec ceux-ci et arriver à LA solution complète dont vous avez besoin. La communication semble un art, mais dans le fond c’est une science. Tout est mesurable ! Adoptez le bon mixte ! ******

Qui est Sylvain ?

Sylvain 3
« Sylvain, c’est le sage du marketing !»Guillaume Bareil. Sage et marketeur moderne ! Sylvain Chassé est diplômé en économie et en marketing de l’Université McGill. (avec mention d’honneur). Sa spécialité est d’amener votre entreprise là où elle doit être. Il a travaillé 8 ans pour une prestigieuse banque d’investissements, avant de travailler pour le Groupe SCM Service-Conseil en Marketing inc. Analyste marketing depuis 25 ans , il met à contribution ses différentes expériences au profit de la croissance de ses clients.  À ce titre, il a réalisé de nombreux mandats en sondages, études de marché, planifications stratégiques, segmentation, croissance PME, coaching d’affaires, conférences pour diverses entreprises et organismes. Il enseigne aussi le marketing au niveau collégial. Auteur du Programme à succès  L’EFFET SKYROCKET, il est aussi un grand marcheur sur les chemins de Compostelle, accueillant l’être humain et ses rêves avec empathie.
  • Spécialiste agréé en optimisation de processus clients.
  • Gestionnaire agréé de médias sociaux et communautés ; « Social & Community Manager »
Spécialiste agréé en Optimisation du processus clientSocial & Community Manager

L’histoire du marchand de chaussures

Un jour, avec mon épouse, nous allions magasiner des petites bottines pour notre jeune enfant qui commençait à marcher. Dans un commerce à bannière nationale connue et situé au centre-ville de notre patelin, nous regardions les produits quand nous avons été témoins d’un événement hors du commun : Près de nous, le gérant était en train d’enguirlander royalement et publiquement une cliente qui voulait retourner des chaussures et se faire rembourser. J’ai regardé mon épouse et je lui ai dit : « Assures-toi bien que les petites bottines vont faire l’affaire, parce que ce n’est sûrement pas moi qui reviendrai les retourner ici ! »  Après avoir discuté de notre expérience avec d’autres amis, la réputation du gérant était notoire. Je revois encore la tête de la pauvre cliente. Je ne suis plus jamais retourné dans ce commerce par la suite…

L’administration de la chaine a fait des pieds et des mains en publicité pour attirer les consommateurs dans ce commerce et générer de l’achalandage : Promotions diverses,  spéciaux, 2 pour 1 ! Rien à faire ! Le message perçu par les clients était : « Venez voir, notre air bête est encore là » ! Le commerce a malheureusement fermé ses portes sans avoir identifié le « vrai » problème. Une excellente publicité dans ce cas ci aurait été simplement « Nomination : Nouveau gérant » et de nombreux consommateurs y seraient retournés !

Un message qui tape sur le bon clou

La publicité, ce n’est pas compliquée quand on sait quoi dire. Il suffit simplement de taper sur le bon clou et de communiquer ce que les clients veulent réellement entendre.

Voici 7 critères pour vérifier si votre message publicitaire a du punch :

  1. Est-il orienté vers la solution au problème et aux bénéfices apportés aux clients ?
  2. Est-il perçu par vos clients comme crédible et véridique ?
  3. Est-il simple et compréhensible (facile à décoder). Dans le langage qu’utilisent vos clients ? Est-ce qu’un enfant de 6 ans peut le comprendre ?
  4. Est-il facile à retenir et à répéter ?
  5. Est-il rassurant ?
  6. Renforce-t-il le positionnement de votre entreprise ? Je vous ai d’ailleurs récemment partagé l’histoire de notre soudeur qui a doublé ses ventes en simplement améliorant son positionnement et par le fait même la qualité de son message publicitaire.
  7. Appelle-t-il à l’action ?

*********

Une publicité efficace ne contient généralement qu’UN seul message à la fois ! Pour avoir un impact supérieur et être finalement perçu par la clientèle, ce message doit parfois être répété plusieurs fois.  N’hésitez pas à « tester » vos messages préalablement !

Quel message voulez-vous communiquer à vos clients aujourd’hui ? Que veulent-ils entendre ?

Ma mission est d’aider les gestionnaires de PME et professionnels à leur compte à attirer plus de clients et à vendre plus ! Notre équipe est là pour vous aider à améliorer l’efficacité de vos messages publicitaires, votre positionnement et surtout, vous aider à passer à l’action !

Suivez-moi sur Facebook

Je vous invite à vous joindre à moi sur Facebook. Suivez ce lien :  Sylvain Chassé   afin de me partager vos différentes aventures. C’est toujours un privilège pour moi de pouvoir vous connaître et vous suivre à mon tour.

Avec toute ma gratitude,

Sylvain Chassé

Qui est Sylvain ?

sylvainchasse

« Sylvain, c’est le sage du marketing !»Guillaume Bareil.

Sylvain Chassé est diplômé en économie et en marketing de l’Université McGill. (avec mention d’honneur). Sa spécialité est d’amener votre entreprise là où elle doit être. Il a travaillé 8 ans dans les domaines financiers avant de lancer sa compagnie le Groupe SCM Service-Conseil en Marketing inc. Président de Sondacom , il met à contribution ses différentes expériences au profit de la croissance de ses clients.  À ce titre, il a réalisé de nombreux mandats en sondages, études de marché, planifications stratégiques, segmentation, croissancePME, coaching d’affaires, conférences pour diverses entreprises et organismes. Il enseigne aussi au niveau collégial. Auteur du livre L’EFFET BOULE DE NEIGE, il est un grand marcheur sur les chemins de Compostelle, accueillant l’être humain et ses rêves avec empathie.

  • Spécialiste agréé en optimisation de processus clients.
  • Gestionnaire agréé de médias sociaux et communautés ; « Social & Community Manager »

Spécialiste agréé en Optimisation du processus clientSocial & Community Manager

Toute l’histoire derrière un logo corporatif.

Le logo corporatif, c’est souvent l’image qui donnera la première impression de votre entreprise. En l’espace d’un instant, il communique qui vous êtes, votre authenticité, vos valeurs et votre professionnalisme. Par son ambiance et son aspect mémorable, il permet aux gens de vous reconnaître facilement. C’est aussi un lien utile vers ce que vous avez à offrir aux clients.

Idéalement, votre logo devrait s’inspirer d’une belle histoire pouvant être racontée, en lien avec ce que vous apportez comme bénéfices aux clients, votre positionnement et votre parcours personnel.

  • Alors qu’elle est cette histoire qui peut se raconter et qui pourrait inspirer votre prochain logo ?

La petite histoire personnelle derrière mon logo corporatif

Sylvainchasse_facebook 

Lorsque j’offre ma carte d’affaires à quelqu’un, je prends la peine de raconter d’où provient l’inspiration de mon logo. Cette petite histoire crée une ouverture à la discussion auprès des gens que je rencontre.

Un logo pour piquer la curiosité

Aussi, les gens apprécient beaucoup la description. Je constate que ça attire davantage l’attention et pique leur curiosité. L’objectif est d’inviter les gens à se diriger ensuite sur mon site web pour obtenir plus d’informations.

  • Voici donc cette petite histoire personnelle derrière mon logo corporatif :

« Je vois enfin la lumière »

À la fin de mes interventions, mes clients me confirment voir enfin la lumière avec leur entreprise. C’est immanquable ! Je l’ai entendu tellement souvent. C’est pourquoi, je voulais que mon logo soit résolument « lumineux » et ensoleillé. Le jaune du logo représente cet aspect.

De la même façon, une ampoule lumineuse devient un symbole que j’utilise dans mes communications. Voici le couvert de mon ebook gratuit : « Comment se démarquer de la concurrence – 12 stratégies gagnantes ! »

  • Alors, portez une attention aux commentaires de vos clients après chacune de vos interventions. Notez -les !
  • Quelles images utilisent-ils pour exprimer leur satisfaction et décrire votre entreprise ? Vous obtiendrez ainsi des pistes intéressantes à explorer et pouvant grandement améliorer l’efficacité de votre image corporative.

« Ah ! Là, je sais où je m’en vais ! »

planification1

Voilà une autre expression que j’entends régulièrement à la suite de mes interventions. Aussi, les gens se présentent souvent à moi avec de nombreuses interrogations sur la direction à prendre. Tel un « Google map » pour entreprises, mes méthodes permettent de situer une entreprise sur son parcours, de visualiser où elle veut aller et d’identifier le chemin le plus court pour s’y rendre. Après quelques coachings seulement, les entrepreneurs dynamiques sont déjà en action, prenant la direction identifiée et obtenant rapidement le succès espéré.

logo_corporatif

Dans le même sens, la flèche de mon logo corporatif représente bien la direction à prendre pour une entreprise.

  • Demandez aux gens ce qu’ils perçoivent et ce qu’ils ressentent lors qu’ils voient votre logo ? Est-ce en lien avec qui vous êtes, ce que vous offrez et ce que vous rendez comme bénéfices à vos clients ?

planification2Un logo inspiré par les flèches du chemin de Compostelle

Ceux qui me connaissent savent que je suis un grand marcheur des chemins de Compostelle. Aussi, lorsque qu’un pèlerin marche en Espagne, il doit suivre des flèches jaunes pour obtenir la direction vers Compostelle. Ces flèches sont peinturées partout : sur les murs, les trottoirs, les panneaux, les lampadaires, les arbres, les rampes. Les observer devient une seconde nature pour l’œil du pèlerin. Parfois, il est possible que la vue d’une flèche soit obstruée par des automobiles stationnées, par des objets ou par de la végétation. Lorsque ça fait un petit bout que le pèlerin marche sans voir de flèches, le doute s’installe dans sa tête : « Suis-je dans la bonne direction ?» À ce moment, il y a toujours un gentil habitant qui lui fait signe que le chemin n’est pas dans cette direction, en lui indiquant la bonne direction à suivre.

Ma mission, ramener les entrepreneurs sur leurs flèches !

C’est sensiblement ce que je fais avec mes clients entrepreneurs. Mon logo fait donc référence à ces flèches jaunes à suivre pour atteindre l’objectif voulu. Nombreux sont ceux qui sont intrigués par le chemin de Compostelle et souhaitent éventuellement pouvoir le marcher. Le fait de mentionner Compostelle apporte une nouvelle dimension ouvrant la discussion.

  • Est-ce que votre logo corporatif s’appuie sur une histoire personnelle ou sur un trait de votre personnalité ? Pouvez-vous utiliser une histoire à conter expliquant l’inspiration de votre logo corporatif ?

Quelle est cette histoire derrière votre logo corporatif ? Racontez-nous à votre tour !

Au plaisir de lire votre histoire,

Suivez Sylvain sur Facebook

Je vous invite à joindre ma page Facebook PRO. Suivez simplement ce lien :  Sylvain Chassé   afin de me partager vos différentes aventures. C’est toujours un privilège pour moi de pouvoir vous connaître et vous suivre à mon tour.

Avec toute ma gratitude,

Sylvain Chassé

Qui est Sylvain ?

sylvainchasse

« Sylvain, c’est le sage du marketing !»Guillaume Bareil.

Merci Guillaume. En plus, le sage est un entrepreneur moderne ! 😉

Sylvain Chassé est diplômé en économie et en marketing de l’Université McGill. (avec mention d’honneur). Sa spécialité est d’amener votre entreprise là où elle doit être.

Il a travaillé 8 ans pour une prestigieuse banque d’investissements avant de lancer sa compagnie le Groupe SCM Service-Conseil en Marketing inc.

Depuis 25 ans, il met à contribution ses différentes expériences au profit de la croissance de ses clients.  À ce titre, il a réalisé de nombreux mandats en sondages, études de marché, planifications stratégiques, segmentation, croissancePME, coaching d’affaires, conférences pour diverses entreprises et organismes.

Il enseigne aussi le marketing au niveau collégial.

Auteur de la méthode L’EFFET SKYROCKET pour attirer plus de clients et vendre plus, il est un grand marcheur sur les chemins de Compostelle, accueillant l’être humain et ses rêves avec empathie.

  • Spécialiste agréé en optimisation de processus clients.
  • Gestionnaire agréé de médias sociaux et communautés ; « Social & Community Manager »

Spécialiste agréé en Optimisation du processus clientSocial & Community Manager


Recherche